Idées

Coopaname se revendique de la mutuelle de travail. La notion de mutualité repose sur un principe de protection réciproque contre les risques. Souscrire une mutuelle d’assurance revient à être assuré par les autres tout en étant leur assureur. Cette notion s’est cantonnée jusqu’ici au monde de la prévention mais on pourrait imaginer une “mutuelle de travail”, c’est-à-dire un dispositif dans lequel les personnes protègeraient mutuellement leur parcours professionnel.
Extrait de Stéphane Veyer, « Coopaname : les entrepreneurs associés, ou comment repenser le travail », Séminaire économie et sens, 28 avril 2011

Rapport d'enquête sur les revenus et temps de travail Coopaname/Oxalis

A peine trois ans après le début des travaux, voici le rapport détaillé de l’enquête sur les revenus et temps de travail des coopérateurs·rices menée par Oxalis et Coopaname.

 

Cette enquête se caractérise par une démarche de recherche-action, impliquant à la fois des acteur·trices et des chercheur·ses. Sur une proposition d’Antonella Corsani (socio-économiste, IDHES-Paris 1) et Marie-Christine Bureau (Cnam-Lise), une équipe s’est constituée incluant ponctuellement d’autres chercheurs (Sébastien Broca, Mathieu Rossignol-Brunet) ainsi que des membres de Coopaname et d’Oxalis.

On peut parler d’un véritable travail de co-construction à toutes les étapes de l’enquête, de la définition des objectifs à la production d’une synthèse en passant par l’analyse des données et l’élaboration du questionnaire.

Ce travail de recherche s’inscrit dans une perspective d’amélioration et de transformation des pratiques : dans ce cadre, le processus importe autant que les résultats.  

Par Antonella Corsani (IDHES -Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Marie-Christine Bureau (LISE-CNAM) et Mathieu Rossignol-Brunet

Un salariat sans subordination ?

Le salariat a longtemps été considéré comme la situation d’emploi la plus soumise, comme le soulignait Robert Castel. Dépossédé de ses outils (fin du travail à domicile) et de son métier (fin des corporations), l’ouvrier de la révolution industrielle n’avait que sa force de travail à vendre (et ses yeux pour pleurer). Cette situation de soumission n’a pas disparu et le contrat de travail reste une subordination.

C’est d’ailleurs ce point que relèvent les auto-entrepreneurs, affichant leur soif d’autonomie et d’indépendance. Mais ils en oublient que le salariat c’est aussi la régulation des rapports de force, via le code du travail, et une protection sociale de qualité conquise de haute lutte et gérée, depuis le milieu du XXe siècle (jusqu’à quand ?), par des organismes paritaires.

De fait, aujourd’hui, privés de ces protections sociales et juridiques, un certain nombre de nouveaux indépendants vivent objectivement des situations de soumission au moins comparables, si ce n’est parfois pires, à celles que l’on peut retrouver dans le monde du salariat subordonné.

Par Isabelle Nony & Noémie de Grenier [Coopaname]. Revue « Utopiques » n°10 « sur les chemins de l’émancipation, l’autogestion » - Mars 2019