Le travail indépendant se développe et la progression de formes hybrides de travail, mêlant des caractéristiques à la fois de l’entrepreneuriat et du salariat, questionne l’entreprise et l’emploi. En France, depuis 20 ans, les Coopératives d’Activités et d’Emploi (CAE) expérimentent une organisation coopérative de travail permettant de développer une activité entrepreneuriale, qui se veut protectrice pour les travailleur.e.s grâce à la protection sociale découlant du statut de salarié.e.

 

Cette communication s’intéresse à la recherche-action, en tant que philosophie et démarche de recherche, comme fondement d’un mouvement de transformation sociale, à partir d’une étude de cas, Coopaname, implantée en région parisienne. Il s’agit de questionner la place de la recherche-action comme vecteur favorisant l’émancipation des travailleur.se.s s’associant au sein d’une coopérative. Après une mise en perspective des outils de recherche-action, nous étudierons les effets induits pour le collectif d’entrepreneur.e.s, à travers le projet politique de la coopérative.

 

Par Justine Ballon – Université Paris 7 Diderot – Ladyss – Doctorante en Économie – Associée de Coopaname – Membre de la Manufacture Coopérative

et Catherine Bodet – Docteure en économie - Associée de Coopaname et cogérante de la Manufacture Coopérative

Catégorie d'idée: 
Référence: 
Par Catherine Bodet et Justine Ballon. 3e Sommet international des coopératives – Octobre 2016 – Québec
Visuel: 
Catherine Bodet & Justine Ballon